Le r'nard

 

 

Dans lée histouères de Poyaude, on parle souvent de pêcheux et d'chasseux, mais c'est pas étonnant. R'gardez don noute biau pays avec ses boués, sée étangs, ses riviées. Ça fait d'la place pou l'poisson et l'gibier, tout ça. Et dans tout Poyaudin, y a un chasseux qui sommeille.

Ça m'rappelle une histouère qu'est vraie, vraiment vraie, et I'd'jab me flamme mon âme si j'mens.

Avez vous connu Maël, l'brave Maël que' tout l'monde connaissait et appréciait ? Ça, c'était queuqu'un ! Brave houme, campé su ses deux jambes, l'bétri un peu rond, su l'quel i frottait souvent sa main salie par la graisse des vouétures. Toujours en éveil, I'Maël, quand y avait une blague à fée, i la loupait pas.

Et d'un serviabe ! pas pu serviabe que lui dans l'pays. Un jour, i m'a prêté des sous pou qu'j'aille acheter d'l'essence cheux son concurrent. Et pis i f'sait crédit à tout un chacun. Y en a qui l’remboursint vite mais y en a d'autes, et pas des pu pauves, qui lui devont ben encore de l'argent !

I paraît qu'y avait pas meilleur régleur de moteurs que lui dans la région. I réglait l'moteur des C4 ou des tractions à l'oreille, oui mossieu, à l'oreille !

J'le rvoués encore en train d'prîser son tabac qu'i sortait d'une chtite bouète ronde en fer blanc.

Maël était don chasseux, et comme il 'tait serviabe, c'est lui qui s'otchuppait du feu dans la cabane. Quand les gars il' avint traqué dans les boués, il' eumint ben r'trouver la chaleur d'un bon feu avant d'casser une p'tite croÛte, bouère un ch'tit canon et fée une partie d'cartes.

De temps en temps, i fallait fée une battue aux nuisibes. Les gens, maintenant, i disont qu'y a pas d'nuisibes. Les chasseux, i prétendont qu'si, pasque le r'nard i mange des lapins, c'est toujours ça d'moîns pou l'chasseux. D'accord, le r'nard va manger des lapins malades et éviter qu'la maladie a l'aille pu loin, mais les r'nards, c'est malin, y en a et y en ara toujours.

C'jour-là, c'était don une battue. On place Maël au pied d'un foutchot, au coin d'une sente, pas loin d'la cabane. Lée autes gars, î s'plaçont, on attend l'un, on attend l'aute, on prend son temps et pis la chasse démarre pas.

Pendant c'temps‑là, Maël, i s'siète au pied du foutchot pis i rgarde lée an‑nimaux. C'est fou c'qu'on peut vouère quand on bouge pas du tout dans un boué. Lée aquouerriaux i vnont jusqu'à vos pieds en f'sant yeu drôle de p'tit bruit. On voué des passes dans les branches. Y a qu'les ziasses et les géessiers qui v'nont pas trop près. Même qu'i f'sont l'guet pou lée autes bestioles...

Maël i pensait : « Le r'nard, i va passer là, et alors... Paon ! si c'est pas un r’nard, c'est un tiassou ».

Et pis l'vent dans les branches, i fait balancer l'ciel, l'soleil d'automne danse dans les feuilles qu'ont résisté et Maël s'endort...

Pendant c'temps, les chiens ont rapproché. "Ouàou, ouaou ... " Quelle musique quand toute la meute sent l'gibier. Et c'est Ivé, ça y est... La musique.a changé de ton. Les chiens passont d'vant la cabane, au pied d'Maël qui s'réveille.

"T'as t'y vu le r'nard ?

- Oh non ! qu'i dit I'Maël, j'l'arais ben vu

- Les chiens sont passés là pourtant... Tu t’s’rais ben endormi. Oh, c'est pas grave... C'est qu'un r'nard."

La s’maine d'après, les gars i disont à Maël :

« Tu vas te r'placer là, mais t'as intérêt à reuiller et à acouter sérieusement. Si il est encore là, i va passer là où t'es»

Bon, Maël se l'tchint pour dit et il attend au pied d'son foutchot. Là, pu question de r'garder batifoler lée aquouerriaux... L'honneur du chasseux est en jeu, cré bon sang !

Les gars, i lâchont les chiens et ça huche dans l'boué. "Aouh, aouh, allez les chiens, hop... hop..." Les chiens rapprochont. "C'est bon, il est encore là" qu'i s'dit, Maël. C'coup‑là, c'est pou moué, j'vas pas l'rater... Tiens, ça frasse à drouète, le v'là don c't'an‑nimau."

"Paon, paon" qu'on entend dans lboué. Les rabatteux i pensont : "Tiens, Maël, c'coup‑là, il l'a eu son r'nard."

"Paon, paon", encore deux coups espacés.

Quoi don qu'i fait ? Il l'achève ? L'rabatteux qu'atait

l'pu près d'Maël i vient en courant et i d'mande :

« Alors, Maël, tu l'as‑t'y, ce r'nard oui ou non ? »

Et "paon" qu'il entend encore. Alors là, il est inquiet !

« Tu l'as ou tu l'as pas ? »

Et Maël lui répond :

"J'l'ai pas, mais c'est lui qui m'tchint."

En effet, l'gars i voué Maël dret d'bout, en train d'essayer de s'déberner de c'te bestiole qu'atait hargneusement accrochée à sa tchulotte, et qui tirait, et qui tirait.

"]'me suis pas déméfié, j'l'avais qu'blessé, i m'a sauté d'ssus et j'peux pas m'en déargoter ! "

 

 

Jean-Pierre PRENAT  Histouères de Puisaye
Édité par le Foyer Rural de Mézilles. 1983